top of page

A PROPOS

L'histoire de La Nouvelle-Orléanaise

Fin août 2022, je trouvai un poste d'enseignante dans un Centre de Formation pour Apprentis à Orléans, après avoir exercé pendant plusieurs années en tant que professeure des écoles dans diverses écoles rurales du Loiret. Le 6 janvier 2023, j'emménageai à Orléans; je souhaitais non seulement être au plus près de mon travail, mais aussi avoir une vie sociale plus active.

Orléans... Il y a quinze ans, j'étais étudiante en classe préparatoire au lycée Pothier, rue Marcel Proust. A l'époque, je n'avais absolument pas profité de la ville car j'étais très investie dans mes études. J'étais par ailleurs bien plus attirée par tout ce qui était à l'extérieur de la France. A dix-huit ans, il était clair pour moi que je vivrais à l'étranger, loin du Loiret. Avec mon expérience de vie, j'ai appris à l'aimer. Je n'ai plus le même regard que celui de la jeune fille de dix-huit ans.

De ma fenêtre, je vois l'arrière de la cathédrale. C'est un spectacle enchanteur dont je ne me lasse pas. Lorsque le soleil se lève et qu'il se couche, l'image est à couper le souffle. Et quand sonnent les cloches, j'ai le sentiment étrange d'être transportée dans l'histoire de Notre-Dame de Paris, de Hugo.

Si j'ai quitté l'enseignement dans le premier degré, c'est pour trouver l'emploi qui me corresponde vraiment. Au cours de mes réflexions sur ma reconversion professionnelle, l'idée m'est venue d'écrire des articles. Je voulais écrire à la fois en français et en anglais sur les gens qui font de cette ville une ville charmante et attachante et sur des événements culturels ou des lieux de choix - tout cela en parallèle de mon métier d'enseignante au CFA. Le pseudonyme de "La Nouvelle-Orléanaise" s'est alors imposé à moi. Il reflète ma nouvelle arrivée à Orléans; le lien qui unit la ville à l'étranger (en particulier avec les États-Unis); et l'envie d'écrire des "nouvelles" sur ma ville d'adoption.

J'ai choisi de commencer l'écriture de mes "nouvelles" par un article dédié à une amie chère qui possède le pouvoir de façonner la terre : la céramiste Anne Rouillé, propriétaire de l'atelier de poterie OterreFeu, 12 Place Louis XI à Orléans.

Je souhaite longue vie à La Nouvelle-Orléanaise. Puisse-t-elle rendre hommage à cette ville médiévale que j'affectionne tant et aux habitants qui la font vivre !

CDML_LaNouvelleOrleanaise_19.jpg
bottom of page