top of page
  • Photo du rédacteurLa Nouvelle Orléanaise

Le Bibliovore, la librairie qui aime vos livres

Cet article sur Le Bibliovore est né grâce à un sondage réalisé sur les réseaux sociaux auprès de ceux qui me suivent. En effet, après avoir dépassé les 1000 abonnés sur Instagram, j'avais cette envie de remercier les gens à ma manière, à savoir en les faisant participer dans le choix du prochain l'article mais aussi dans les questions à poser. C'est donc cette petite librairie du centre-ville d'Orléans, située au 3 Rue Péreira, qui a été plébiscitée parmi trois autres lieux culturels proposés.

Je connaissais déjà la boutique, non seulement parce que je suis une amoureuse de la littérature, mais aussi parce que j'aime le principe: la librairie rachète vos livres à 1€ le kilo, et vous pouvez acheter des livres d'occasion en très bon état à 3€ le livre ou 10€ les quatre. En somme, c'est une démarche éco-responsable et sociale, et c'est Corentin Halley qui en est à l'origine. En effet, il a ouvert le premier Bibliovore à Tours en 2012. Depuis, le concept s'est multiplié dans pas moins de neuf autres villes, dont Orléans en novembre 2020, afin que les achats-reventes se fassent le plus possible au niveau local.

Certes, la boutique orléanaise est petite ; toutefois, pas moins de 14000 livres classés par genre (littérature, littérature étrangère, littérature jeunesse, philosophie, psychologie, Histoire, thrillers, mangas, BD...) sont exposés ou en réserve.

Le 17 octobre dernier, Virginie Chantraine, responsable de la boutique orléanaise, et Ophélie Got, sa collaboratrice, ont accepté de jouer le jeu en répondant à mes questions ainsi qu'à celles de mes abonnés.

Virginie Chantraine et Ophélie Got

@shy_mum_sing : Comment en êtes-vous venue à ouvrir ce commerce sur Orléans ?

Virginie : Avant d'ouvrir la boutique, je travaillais dans un commerce de bricolage en tant que conseillère de vente, mais je ne m'épanouissais pas dans ce métier ; paradoxalement, je n'avais pas le temps de conseiller les gens correctement.

Un jour, je suis tombée sur une annonce de Corentin Halley – le créateur de l'enseigne – relayée par La République du Centre. Il souhaitait étendre le concept dans d'autres villes. J'ai alors sauté sur l'occasion ; ensuite, tout est allé très vite, même si l'ouverture a été retardée à cause de l'épidémie de COVID.


LNO : Le bricolage et la littérature sont deux domaines différents. N'avez-vous pas eu peur de vous lancer dans une telle aventure ?

Virginie : Je baigne dans la littérature depuis toute petite – ma mère travaille dans le secteur du livre. Il y a toujours eu beaucoup d'ouvrages à la maison. J'ai également été sensibilisée très jeune au phénomène absurde de la destruction de livres invendus. C'est aussi pour cela que le concept d'acheter et de revendre des livres d'occasion me parle.

En ce qui concerne la gestion de la boutique, Ophélie et moi sommes soutenues par Corentin Halley, le fondateur de l'enseigne, ainsi que par Valérie, sa femme. C'est rassurant d'avoir un cadre à respecter tout en ayant la liberté de décorer à son goût, d'acheter local et de créer les partenariats de son choix.

J'ai aussi le soutien des autres boutiques de l'enseigne. Nous sommes comme une grande famille ! D'ailleurs, toutes les librairies sont en lien les unes avec les autres ; nous conversons chaque jour et nous avons pour tradition de nous rencontrer annuellement. En 2023, c'est Orléans qui accueillait.

Sans oublier que je ne suis pas seule à la boutique !


LNO : En effet, vous avez dû embaucher Ophélie. C'est donc que le concept a séduit les Orléanais !

Ophélie : J'étais moi-même cliente de la boutique lorsque Virginie a fait passer une annonce pour un emploi à temps partiel en CDI. Depuis, je suis passée à temps plein. C'est une vraie satisfaction.

En même temps, il n'y pas vraiment de concurrence avec les librairies qui vendent du neuf. Chacune a son style et attire sa clientèle, et c'est bien ainsi.

Ophélie, derrière la caisse de la boutique.

@studio_elski : Est-il possible de faire une demande précise de livres ?

Virginie : Nous essayons de racheter des livres susceptibles de plaire à notre clientèle, notamment en écoutant les recommandations des uns et des autres... Il n'est pas toujours facile de tout avoir mais parfois, nos clients dénichent de vraies pépites.


@mes_carnets_litteraires : Envisagez-vous de déménager pour avoir une plus grande boutique ?

Virginie : Oui ! Depuis un an, nous sommes à la recherche d'un local de minimum 50m². Nous aimerions avoir plus d'espace pour ranger les livres mais aussi pour faciliter les déplacements. A bon entendeur...


@shy_mum_sing : Comment votre collaboration avec Les Frangins est-elle née ?

Virginie : Les Frangins sont venus à notre rencontre au moment où ils développaient leurs projets d'escape games à Orléans. Mêler jeu et littérature était cohérent avec notre vision ; c'est ainsi que Le Bibliovore a participé à plusieurs escape games sur la thématique de Harry Potter ou de Jules Verne.

Nous avons mis en place d'autres partenariats, notamment avec des illustratrices locales pour l'illustration de nos tote bags (comme Allez-zou éditions ou Nathalie Ravier), le salon de thé Bio-Tea-Flor ou encore la créatrice de macarons Le Bonheur en Cuisine pour des événements.

La devanture de la boutique

Informations pratiques

Adresse : 3, Rue Péreira

Horaires : ouvert du lundi au samedi de 10h à 13h et de 14h30 à 19h.

Téléphone : 06 36 44 71 65

Réseaux sociaux : Facebook et Instagram


La Nouvelle-Orléanaise


Posts récents

Voir tout
bottom of page